il y a la connexion
des hommes entre eux,
et le besoin d’exister seul,
au milieu des autres.



Exposition

La première nuit est toujours blanche

Du 05 au 30 Avril 2022

31ème itinéraire des photographes voyageurshttp://www.itiphoto.com/


Partir du réel pour glisser vers la fiction.
Partir du singulier pour glisser vers l’universel.
Chercher les tensions, sentir que l’équilibre que nous trouvons pour vivre ensemble, ici et maintenant, est fragile, incertain mais précieux.




Workshop

Le village

04-05-06 Juin 2022
Seix (Ariège)

Toutes les infos ici: AssoDéclic


Les participants seront amenés à réaliser durant 3 jours un travail mêlant photographies et mots pour partir à la rencontre d’un village du Couserans.

Le projet s’articulera autour de rencontres avec les habitants pour écouter l’histoire du lieu, mêlée à leurs propres histoires.

Croiser les mots et les photographies nous amènera à dresser un regard unique et singulier, sur un lieu de vie au premier regard ordinaire.

Plusieurs techniques seront abordées : la prise de vue en photographie, comment bien définir ses intentions, comment rencontrer l’autre, l’écouter et le raconter. Les travaux seront présentés sous forme de diaporama collectif à la fin du workshop.



Interview

Temps sonore - Bravo la matière

Octobre 2021

Une nouvelle rencontre dans "Bravo la matière" avec une femme que j'aime vraiment beaucoup : Anne Desplantez ! Un regard profond sur nos mondes intérieurs, sur chacun, un bel élan d'humanité, accompagnés par la justesse de mots pudiques



Article Fabien Ribery

L’intervalle

La première nuit est toujours blanche
Tout est lié, tout entre en résonnance, mais il faut l’art, et beaucoup d’intuition,
pour savoir en rendre compte.



Invitée en résidence à Plounéour-Ménez à l’été 2020, Anne Desplantez, dont le travail n’est qu’échange, est allée vers les habitants des monts d’Arrée, carnets, appareil photo et dictaphone en main, ne s’imposant jamais et suscitant la confiance, permettant ce qu’elle aime appeler de la création partagée, chacun participant à sa façon, donnant ce qui lui semble important, un souvenir, une image, une voix.
Ici c’est la force de la nature renvoyant à la fragilité humaine qu’elle a reconnue, et les liens invisibles qui unissent les uns aux autres. « Je recherche les tensions qui nous font sentir que l’équilibre que nous trouvons pour vivre ensemble est fragile, incertain mais précieux. » Et ce qu’elle sent ici, c’est ce qui précède peut-être cet équilibre, quelque chose de l’ordre de la bascule, un choix ou une décision, un geste, un acte volontaire ou juste évident, ou encore quelque chose d’indicible, plus diffus, mais qui fait l’histoire de chacun. Qui commencerait par une nuit blanche, parce que quelque chose a lieu, là, de profond et déterminant, absolu même si familier.
À mi-chemin entre mise en scène et documentaire, c’est à une exploration en forme de fiction à laquelle nous convie Anne Desplantez, une fiction ordinaire, du vivant.



Exposition

ce qui nous lie

Galerie Les Méandres Huelgoat

présentation de La première nuit est toujours blanche (2020)

Anne Desplantez est partie à la rencontre d’habitants vivant dans une nature à la fois superbe et sans concession. Le travail qui en découle est profondément intime tout en étant pudique, silencieux et de grande écoute envers ce qui est, envers ce qui vient.






  

Exposition

Tu connais ses silences

Le Faune / Collectif d’art - Bagnères de Bigorre


“La terre ne parle pas. Ni les nuages ni les versants des montagnes ne peuvent vous dire ce qu’il faut en penser, s’il faut les aimer ou les détester. Celui qui décide de rester là, dans ce pays où la nature rythme les jours et les saisons, celui-là doit donner un sens à ces vallées.
Il a beaucoup plu durant ces deux mois de résidence passés sur les terres du Couserans, tant mieux. Cela aurait été trop simple sinon. Là, il a fallu que je me raccroche, que je cherche, que je trouve du sens pour rester, ne pas repartir. Les longueurs de la route m’ont obligée à me poser entre deux rencontres, à définir la nécessité ou pas de revenir. Est-ce comme cela que l’on comprend, un jour, d’où l’on est vraiment ?”


    

Exposition 

L’air est immobile


Centre d’art et de photographie - Lectoure

Avec 
Arno Brignon
Gaël Bonnefon

Podcast - Interview et lectures avec Isabelle Fouillet

« L’esprit d’aventure artistique et culturelle est au
coeur de ce projet qui permet d’enrichir la
programmation arts visuels en Couserans et de la
faire rayonner à l’échelle régionale. Elle donne aussi
l’occasion à deux territoires ruraux de partager leurs
problématiques, de mettre en commun ressources
et compétences, d’expérimenter aussi leur manière
assez proche de travailler avec un territoire dans
sa dimension à la fois géographique, sociale et
humaine. »

Livre

Tu connais ses silences

Ed. Photopaper (rupture de stock)

Article de F. Ribery - L’intervalle

Bénéficiant d’une résidence photographique dans le Couserans (Pyrénées ariégeoises), Anne Desplantez est partie à la rencontre d’habitants vivant dans une nature à la fois superbe et sans concession.

Le travail qui en découle est profondément intime tout en étant pudique, silencieux et de grande écoute envers ce qui est, envers ce qui vient.

Ici les enfants sont des chevaux au galop, et les vieilles personnes des montagnes solides érodées par le temps inclément.

Cherchant à « comprendre ce qui nous tient ensemble », Anne Desplantez élabore, en images et sons, une œuvre de grande délicatesse.

Expositions

Tu connais ses silences
2019

Quai des arts - Cugnaux
ManifestO - Toulouse
Centre d’interprétation du patrimoine du Couserans - Seix
L’oeil urbain - Corbeil Essonnes